Le pourquoi du comment

Le pourquoi du comment

Je ne trouvais pas de titre adéquate… et je sais que cet article est brouillon, avec des fautes et tout le tralala mais vous savez comment je fonctionne c’est mon seul moyen d’extérioriser un tout petit peu ce que je ressens.
Ne disant rien à ma famille pour éviter de les inquiéter même si ils savent que cela ne va pas, ils ne savent juste pas tout pour les protéger.

Le pourquoi du comment

Je ne sais même pas par quoi commencer ce billet.
J’ai tellement de sentiments différents en moi.
Tout est démesuré, mes sentiments sont juste multiplié par quinze.
Ce mois de mars va être un mois compliqué sur tous les plans et j’ai juste envie qu’il passe à une allure….

Je suis d’abord tout le temps en colère.
En colère contre moi de ne pas réussir à gérer toutes ses situations.
En colère contre les spécialistes de santé qui n’ont pas prit la peine de contrôler les dents de mon fils qui avait une carie.
Ca aurait pu être grave lors de l’opération, c’est pas comme ci une opération à coeur ouvert ne l’était pas assez…
Et pour ça je remercierai jamais assez la PMI lors de leur visite en Moyenne Section.
Je suis en colère contre ses gens qui ne respectent personnes, contre ceux qui se servent des autres, contre toutes les personnes en fait, je ne supporte plus personne.

Je suis stressée et inquiète de savoir que mon garçon est obligé de subir cette opération.
De savoir comment ça va se passer sur Toulouse juste lui et moi.
De devoir laisser mes deux autres amours pendant 10 jours voir plus loin de moi…
De savoir si je vais réussir à gérer le mal du sang que j’ai…
De savoir si il aura mal, je déteste me sentir impuissante avec mes enfants quand ils sont mal, cela me rend !!!
Je n’ai même pas de mots assez fort pour les exprimer, si en fait cela me met dans une rage incommensurable.

Je suis triste, triste parce que je n’ai pas su le protéger contre ça.
Triste parce que mon double ne sera pas la à m’envoyer des sms pour me réconforter et me dire que ça ira.
Triste parce qu’à la fin du mois j’aurai 30 ans et qu’elle ne sera pas à mes côtés.
Triste parce qu’elle ne sera plus jamais la pour aucune étape difficile ni même pour les belles occasions (enfin plus trop maintenant vu que j’ai toujours se vide).
Triste parce que c’est pas juste bordel !!

Je suis écœurée, écœurée de tous ces gens qui parlent sans savoir.
Des gens qui jugent à tout va et ne respectent pas leur parole.
Je suis écœurée de tomber à chaque fois dans le panneau de croire aux belles paroles quelles viennent de X ou Y.
La confiance tout ça tout ça…
L’être humain quoi..

Je suis déçue de moi même de ne pas arriver à prendre sur moi.
Déçue de devoir faire subir ça à mon fils alors qu’il n’a rien demandé à personne.
Déçue de devoir aller sur Toulouse au lieu de rester sur Montpellier même si je comprends le pourquoi du comment.
Déçue de devoir rester quelques nuits loin de lui dans une chambre qui sera vide pendant que mon fils souffrira.
Déçue de ne pas pouvoir lui prendre sa future souffrance ou même son problème de santé.
Bref ça me rappelle trop de choses passées il y a 3 ans ou je me sentais complètement inutile et désemparée.

Bref vous l’aurez compris cette opération, cet anniversaire je n’en ai pas envie mais je n’ai pas le choix, je dois y faire face.
Alors pour le moment je ne gère rien du tout puisque je suis h24 sur les nerfs, que je dors 3-4h par nuit (vive les nerfs qui me font tenir).
Je suis d’une humeur de merde et c’est pour cela que j’évite de passer en ce moment.
J’ai juste envie de me changer les idées mais ça revient vite au galop.

Laisser un commentaire

Suivez nous

%d blogueurs aiment cette page :