All posts by Cynthia Mums-But-Twins

Lettre à lui.. à nous.. 10 ans

Aujourd’hui cela fait 10 ans..

12 ans que l’on se connaît et 10 ans que l’on partage la vie de l’autre.
10 années que tu me supportes. Comme dans tout couple des hauts et des bas, mais toujours cette volonté d’aller de l’avant.

Tu m’as appris tant de choses.. avoir confiance en moi, me trouver jolie quelque fois grâce à ton regard. Avoir envie de me pomponner, de porter des talons.
Quand je t’ai rencontré, tu étais avec cette fille.. et pourtant, j’ai su que c’était toi…
J’avais tellement envie de l’arracher à toi, mais non, j’ai essayé de réparer votre couple, parce qu’elle était mon amie, et que je voulais que tu sois heureux. Mais elle t’a laissé et tant mieux pour moi, pour nous.

On s’engueule souvent, on n’est pas toujours d’accord, mais c’est ce qui fait qu’on peut tout traverser. Quand on a appris la maladie, j’ai eu peur, peur que tu ne puisses pas le supporter, que tu me laisses.. Pourtant tu es toujours le même, tu as du mal à t’y faire, mais pour moi, pour nous, tu fais tout. Tu supportes même quand je sais qu’au fond tu as terriblement peur.
Tu m’as fait deux magnifiques petits garçons, qui te ressemblent plus que tu ne pourrais le croire. Deux petits toi, mélangées à moi. Deux merveilles, que j’aime plus que tout au monde, tu m’as offert tant de raisons de vivre, d’aimer, de chérir cette vie. Tu es l’une de ces raisons.
Quand j’étais perdue, tu m’as sauvée, tu m’as aidée, je suis tellement fière que tu fasses partie de ma vie.

Tu me comprends mieux que personne.. tu fais l’effort de comprendre qui je suis, mes raisons de vivre, de survivre. Tu ne me condamnes pas, ne me traite pas d’égoïste quand je parle de ce troisième enfant, malgré les risques parce que tu sais. Tu me l’as si bien dit.. J’ai été tellement touchée..
Tu as accepté de te marier avec moi, on a eu un mariage incroyable.. Passer une journée à rire, à sourire, je t’ai trouvé tellement beau.
Un mariage à notre image, où l’univers ne tournait qu’autour de toi, une nouvelle fois. Parce que mon univers c’est toi, toi et nos garçons, un univers incroyable, plus magique et lumineux qu’aucun autre. Univers emplit d’étoiles, d’amour, de bonheur. Il ne sera jamais parfait, parce que ce n’est pas nous, mais c’est mon univers..

Je peux vraiment dire que j’ai de la chance.. peu de gens rencontrent leur destinée.. et pourtant je sais que tu es la mienne. Depuis le premier jour, tu es le seul, l’unique.
Quoiqu’il arrive quoiqu’il se passe, je serai là, je t’aimerai, je te soutiendrai. Tout comme tu le fais pour moi.

Merci mon amour d’être là, d’être toi..

Une seconde peau

Ma seconde peau

 

Je vous parle souvent de cette seconde peau dans mes articles..
Certaines comprendront et d’autres croiront le faire.. mais dans tous les cas je sais que beaucoup vont compatir, comme moi je compatis quand je comprends qu’elles aussi ont cette foutue seconde peau.

Si si tu la connais.. Elle te fait pleurer, te fait t’arrêter dans les magasins ou dans la rue.. Parfois le soir, elle te cloue au lit, t’empêche de te tourner cette vilaine.
Tu la hais et pourtant tu cohabites avec elle, elle finit par être une “amie”, de celle qui ne te quitte jamais.
Peu si peu, quelque fois elle disparait pour te laisser du répit.

Dans mon cas, parfois, elle me fait ramper, comme un enfant qui n’a pas appris la marche.
Elle m’empêche de porter ces petits être qui m’attendent. M’empêche aussi de me baisser pour les câliner. Elle me fait aussi hurler, pester, prier.. Elle me fait dire que la vie est injuste, et me fait demander si je vais vivre tout ce qu’il me reste dans cet état.

Elle me fait comprendre que même si je n’ai que 25 ans, mon corps lui, ne suit déjà plus..

Tu sais, cette seconde peau, qui peut être autant physique que psychologique…
Quand elle est dans ta tête elle peut te faire hurler et pleurer pendant des heures une fois que tu as mis ton bébé de 3 mois dans sa chambre.

Seconde peau d’horreur, dont tu voudrais te débarrasser mais qui refuse de te lâcher. Alors tu la gardes, contre toi, tu essaies de la comprendre..
De l’apprivoiser doucement, de la mettre dans un coin, consciente qu’elle est bien là mais que tu ne lui laisseras pas tout gâcher.
Je l’imagine, caillou lisse et oval, que je place dans un petit coin de ma tête. Je sais qu’elle est là, je la sens, mais je ne la laisserai pas me priver de la vie.

Douleurs, dont mon corps est traversé de toutes parts, qui parfois m’empêche d’être vraiment moi, mais qui pourtant me rappelle que je suis toujours là.

J’espère que vous n’avez pas cette seconde peau, et que si vous l’avez vous avez réussi à l’apprivoiser.
Ici on apprend à se connaître doucement..

Vous avez des astuces? Des petits trucs pour la mettre de côté?

Suivez nous

%d blogueurs aiment cette page :