Archives

J’ai peur…

J’ai peur.. une peur qui me prend aux tripes. J’ai peur de mourir.

J’ai été confrontée plusieurs fois à des gens morts trop tôt…
Un père parti trop tôt, des amis partis encore plus tôt.. mais je n’aurai jamais imaginé être celle qui pourrait partir trop tôt.

La maladie fait que j’y suis confrontée, j’ai peur de laisser mes deux petits anges, de laisser mon mari.
D’être celle qui ne sera pas là pour eux, qui ne les verra pas
grandir, évoluer, se marier.
De ne pas pouvoir essuyer leurs larmes, les prendre dans mes bras, partager leur bonheur. Voir leurs sourires, entendre leurs éclats de rire.

Les engueuler parce qu’ils restent trop sur l’ordinateur, parce qu’ils mangent trop de conneries, parce qu’ils n’ont pas de bonnes notes.
Je veux les emmener à l’école, les emmener au collège, au lycée. Découvrir leurs premières copines, les détester.. Les voir me dépasser et me sentir toute petite quand ils me prendront dans leur bras.
Les voir être diplômés et les féliciter.
Savoir quels métiers ils vont faire, les voir aimer ce qu’ils font.
Leur apprendre que la vie est difficile mais qu’elle vaut la peine d’être vécue.. qu’il ne faut jamais souhaiter mourir car on n’a trop à perdre.
Que l’amour fait souffrir, mais qu’il apporte tellement plus.
Qu’il faut croire en la magie parce qu’elle rend le monde plus beau.

J’aimerai leur répéter qu’ils sont la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma vie, que je n’aurai jamais assez d’amour pour leur montrer ce qu’ils m’apportent.
Que je les aime plus grand que les étoiles, le soleil et la lune.

J’ai peur que si la maladie m’emportent ils ne m’en veuillent de ne pas m’être assez battue pour eux, de ne pas avoir été assez forte.

J’ai peur que leur papa ne trouve pas une autre personne a aimer, soit malheureux, ne puisse plus sourire.
J’aimerai lui dire qu’il est celui que j’ai toujours voulu, le seul.
Que quand je l’ai croisé pour la première fois, même s’il était pris, il était celui que je voulais, je l’ai aimé tout de suite.

Je l’ai toujours trouvé beau, magnifique, parfait.
Et que j’ai toujours pensé qu’il était fait pour moi.
Malgré les épreuves je serai toujours restée près de lui, que j’aurai voulu qu’on ait plus d’enfants, qu’on vieillisse tout les deux ensemble main dans la main.

Peur de faire vivre encore un nouveau deuil à ma famille qui a déjà tant perdue.

Je me répète tous les jours inlassablement: “je vais y arriver, je vais m’en sortir, au moins jusqu’au 18 ans des enfants”…
Mais au fond je flippe, la pauvre mortelle que je suis est tellement consciente de la fragilité de la vie qu’elle sait à quel point c’est rapide.
Je pleure encore et encore en me disant que je vais survivre et réussir.

J’ai 24 ans et je ne veux pas mourir.. auparavant je souhaitais fuir ma douleur et ma tristesse, je n’aspirais qu’à une chose, en finir. Mais aujourd’hui j’ai des gens à qui je tiens, pour qui je donnerai ma vie, qui sont tout pour moi.
J’ai tellement de choses que je ne veux pas quitter, que je veux vivre, voir.
Je veux vivre…

J’ai peur 🙁 mais j’avance, et je me bats. Et je suis assez têtue pour y arriver!!

La liberté?

Aujourd’hui nous sommes comme tout le monde.. tristes, écoeurées.
Je suis Charlie, cette phrase résonne dans toute la France.
Je suis pour cette liberté qui m’est si chère, la liberté d’expression. On a le droit de dire ce que l’on pense, que cela plaise ou non, que cela
touche telle ou telle religion, la politique ou n’importe quoi d’autre.

Je suis contre les barbaries, les tueries, au nom d’un soi-disant dieu ou pour n’importe quelle autre raison. Des êtres humains ont étés abattus
aujourd’hui, froidement et il faut le dire il n’y a aucune raison valable. Des familles sont brisées, détruites, des vies se sont terminés dans un journal, sur un trottoir.
On voit cette vidéo circuler, je trouve ça tellement incroyable. Comment peut-on regarder ça, et encore plus le partager? De quel droit allons-nous regarder la mort de cet homme?

Pensons-nous à cette famille quand nous partageons cet instant si horrible?
J’ai vu des messages où il était marqué que c’était bien fait pour eux.. Comment peut-on dire ça? Mais putain il faut réaliser! Se réveiller!!

Merde!! ON NE MÉRITE PAS DE MOURIR POUR UN DESSIN! ON NE MÉRITE PAS DE MOURIR ASSASSINE COMME UN CHIEN! 

 J’ai lu des commentaires critiquant ceux qui ont mis un hashtag #jenesuispascharlie suivie d’une pensée pour les familles.. Oh! Vous n’apprenez donc pas?
Le plus important est-ce ce foutue hashtag ou le fait que cette personne soutienne la famille et de sa façon à elle la liberté d’expression?
N’est-ce pas justement bafouer cette liberté que de critiquer et vouloir que tout le monde fasse comme l’un ou l’autre? Il n’y a donc aucune tolérance? 

Il y a plusieurs façons de croire, de soutenir, d’aimer, de vivre, d’éduquer, de danser.. que sais-je encore.. Autant que ce qu’il y a d’êtres humains..
Méritons-nous vraiment d’être sur cette planète alors que l’on est incapable de se comprendre, de ne pas juger, critiquer..

Dans quel monde a-t-on mis au monde nos enfants? C’est ce que j’ai demandé à mon homme aujourd’hui..
Comment vont-ils grandir dans un monde où l’on ne peut plus s’exprimer? Où un dessin mérite pour certain la peine de mort?
Comment leur expliquer que certaines choses ne peuvent être prononcées pour leur sécurité?
Je ne sais vraiment pas.. j’ai peur, pour eux, pour nous.. 

Aujourd’hui je suis triste, complètement dégoutée, plus je regarde le monde et plus je me demande si l’on fait bien d’exister…

j’ai une grosse pensée pour ces familles, je les soutien de cette petite si petite façon, mais qui est si importante pour moi..

Suivez nous

%d blogueurs aiment cette page :